Phare de la pointe Saint-Gildas

Le phare de la pointe Saint-Gildas est situé sur la commune de Préfailles. De construction récente, il balise la pointe Saint-Gildas en Pays de Retz à l’entrée sud de l’embouchure de la Loire.

Bordé par une longue côte sauvage, ce petit phare original offre une vue sur l’île de Noirmoutier et l’estuaire de la Loire.

Phare de Ville-ès-Martin – Saint Nazaire

Le phare de Ville-ès-Martin est situé sur la commune de Saint-Nazaire, sur le chenal de Bonne-Anse. Il a été mis en service en 1865.

Phare de Kerlédé – Saint Nazaire

Le phare de Kerlédé est situé sur la commune de Saint-Nazaire. Installé à 500 m dans les terres, il a été mis en service en 1897. Il est éteint en 1981 (feu directionnel rouge).

Phare de l’Aiguillon – Saint Nazaire

Le phare de l’Aiguillon est un phare à terre, construit sur la pointe de l’Eve, sur la côte nord de l’estuaire de la Loire, en avant de Saint-Nazaire. Avec le phare du Grand-Charpentier et les deux feux de Portcé, il jalonne la passe des Charpentiers menant au port autonome de Nantes-Saint-Nazaire.

Phare du Grand-Charpentier – Saint-Nazaire

Le phare du Grand-Charpentier est un phare en mer, à 1,3 mille au large de la pointe de Chémoulin et de son sémaphore. Situé sur le plateau rocheux des Charpentiers, il jalonne l’estuaire de la Loire et le port de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique.

Phare de la Banche – La Baule

Le phare de la Banche est un phare en mer français situé au large de La Baule, dans le département de la Loire-Atlantique et la région Pays de la Loire. Il a été construit par les ingénieurs Chatoney et Leferme au sud-est d’un plateau rocheux émergeant de quelques décimètres lors des plus basses mers.

Phare du plateau du Four – Croisic

Le phare du plateau du Four ou phare du Four du Croisic est un phare haut de 23 mètres qui est situé au large des côtes françaises, à l’ouest du Croisic et au sud de la Bretagne.

Phare de la jetée du Tréhic

Le phare de la jetée du Tréhic a été édifié de 1869 à 1872 sous la direction de l’ingénieur Chantoney. Le phare est construit de 1869 à 1872 par l’ingénieur des ponts et chaussées Chatonay et l’entrepreneur nantais Pierre Jeanneau sur le musoir de la jetée du Tréhic. Électrifié en 1950, il signale l’accès au port du Croisic qui peut être gêné par des hauts-fonds. Sa tourelle de neuf mètres de haut en pierres de taille des carrières de Batz-sur-Mer est surmontée d’une lanterne métallique, remplacée en 1963, aux vitres teintées de vert.

Phare Rosédo – Bréhat premier phare

1858 – Construction du premier phare constitué d’une tour carrée et d’un corps de logis.
1860 – Allumage du feu rouge de 5ème ordre brulant à l’huile végétale.
1875 – Feu à éclat blanc toutes les 5 secondes à l’huile minérale.
1897 – Feu à la vapeur de pétrole.
1942 – Feu électrique.
1944 – Destruction du phare du Rosédo par les Allemands.

Phare Cap Fréhel – second phare

Pour mettre en place une lentille de Fresnel et devant l’état de ce premier phare Léonce Reynaud décide la construction d’une nouvelle tour de 22 m de haut. L’allumage a lieu en 1847.

Phare Cap Fréhel – premier phare

A l’époque des travaux de fortifications de côtes bretonnes, Vauban propose l’édification d’un tour. Ce premier phare construit en 1702 reprend les plans du Phare Le Stiff – Ouessant. Au départ, allumé uniquement l’hiver, en 1717 la marine décide de son allumage toute l’année. Sa portée passe de 15 à 21 milles.