Phare La Jument – Ouessant

Phare La Jument – Ouessant

  • 47 m
  • 41 m
  • 1911
  • 1991
  • Fresnel
  • 22
  • Fl(3) R 15s
  • 3 sons/60 secondes
  • tour octogonale

Le phare de la Jument est le résultat d’un véritable exploit technologique. Connu internationalement grâce à la photo de Jean Guichard où l’on peut voir le gardien à la porte du phare pris d’assaut par une grosse vague.

C’est après avoir échappé de justesse à un naufrage dans les parages de l’île en 1878, que Charles-Eugène Potron  » rentier de son état « , s’engagea à léguer 400 000 F-or afin d’ériger un nouveau phare, à condition de le réaliser en 7 ans. Le chantier, premier du genre aux abords d’Ouessant, s’ouvrit en 1904 sur le rocher Ar Gazek-Koz (la vieille jument).

Les travaux débutent en 1904. Cette première année ne permet d’accoster que 17 fois et d’accomplir 52 heures de travail en raison des conditions météorologiques défavorables et de l’accostage difficile. En 1905 59 accostages et 206 heures ont permis de  travailler 100m3 de roches. En 1909, ce sont 79 accostages et 390 heures de travail qui ont été accomplis.  Le phare est mis en service le 15 octobre 1911 avec 7 mois de retard, les aménagements intérieurs ne seront terminés que 3 ans plus tard.

Le défi fut relevé au prix de multiples dangers mais la consolidation de cette impressionnante tour octogonale se poursuivit jusqu’en 1940. La jument, ancré dans le roc par quatre câbles sous tension, est classé dans la catégorie des  » Enfers « .

Le coût de la construction est estimé à plus de 800 000 F, soir le double de la donation.

Haut de 47 m, le phare se signale par ses trois éclats rouges toutes les quinze secondes et sa sirène de brume. Sa portée est de 21 M. Automatisé en juillet 1991, le phare est désormais télécommandé à partir du Créac’h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.